Hélène ZANNIER s exprime

En cette période d’une compléxité sans précédent, je me rejouis de constater que les industries et entreprises françaises se mobilisent et innovent pour aider nos soignants à combattre la pandémie.

Ainsi, à la demande du gouvernement, Air liquide, le Groupe PSA, Schneider Electric et Valéo relèvent le défi de produire 10 000 respirateurs en 50 jours. Une centaine d’ entreprises sont partenaires et fourniront les 300 composants essentiels à la fabrication de ces équipements médicaux.

Nos entreprises locales ne sont pas en reste, et je salue très vivement leur mobilisation précoce dans le combat contre le virus. Certains ont fait des dons de surblouses ou de masques (entreprises de peinture, de carrosserie, de textile comme DODO, de chimie…), d’autres confectionnent et portent les repas, continuent la production alimentaire, assurent les livraisons, la vente.

D’autres enfin, en fonction de leurs capacités, n’hésitent pas à envisager une reconversion pour le temps de la crise sanitaire.

Je remercie tout particulièrement l’entreprise DODO qui a très rapidement refléchi au moyen de fabriquer des masques. Les prototypes sont en cours de validation. J’ai eu l’occasion à de multiples reprises de les assurer de mon soutien et de relayer leur initiative auprès des ministères afin d’accélérer les choses.

Mes remerciements vont également à TOTAL et son unité de Carling qui produit désormais, entre autres, des gels hydroalcooliques pour les mettre à disposition des EHPAD et hôpitaux du territoire.

Je souhaite enfin rendre hommage à tous ces salariés qui, par leur travail quotidien, sont en première ligne contre l’épidémie et contribuent à la logistique de nos soignants qui sont au front.

Si vous aussi vous voulez proposer des initiatives intéressantes susceptibles d’intéresser le gouvernement, n’hésitez pas à me contacter pour appuyer vos projets auprès des ministères.

Hélène ZANNIER, députée de la 7ème circonscription de Moselle

CORONAVIRUS – Production de masques et de respirateurs – 31 mars 2020


Il nous faut produire davantage sur notre sol. Avant la crise, nous produisions en France 3,3 millions de masques par semaine. Fin avril, nous serons à 15 millions par semaine. Et nous poursuivrons cet effort. D’ici mi-mai, nos industries françaises auront produit 10 000 respirateurs.

🇫🇷 « Notre priorité est de produire davantage de masques en France » E. Macron

Le Président de la République est intervenu à la mi-journée depuis l’usine de fabrication de masques qu’il a visitée près d’Angers.

🔹« Souveraineté nationale et européenne »

Avant la crise sanitaire, les entreprises françaises produisaient 3,3 millions de masques (chirurgicaux et FFP2) par semaine.

➡️ Fin avril, plus de 10 millions d’unités seront produites chaque semaine. Ces efforts seront poursuivis pour obtenir une pleine indépendance à la fin de l’année 2020.

➡️ En parallèle, de nouveaux acteurs comme les groupes Faurecia, Chargeurs, Michelin ou Intermarché sont mobilisés pour atteindre, fin avril, une production totale de 15 millions d’unités par semaine.

✅ Les soignants ont besoin de 40 millions de masques par semaine : les masques FFP2 et chirurgicaux leur sont aujourd’hui réservés en priorité.

  • Mais d’autres catégories de masques homologués existent : 85 prototypes ont été validés ces derniers jours. D’ici 3 à 4 semaines, la capacité de production nationale sera d’un million par jour sur ces catégories.
  • Il faut donc continuer à produire plus de masques pour équiper nos soignants mais aussi toutes les personnes exposées comme les pompiers, les forces de l’ordre, les postiers, les caissiers dans les magasins, etc.

➡️ Ce travail de reconquête de la production nationale est possible car la France a gardé son expertise dans ce domaine.

« Le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne. Nous avons commencé. Nous avons passé des réformes qui permettent à notre pays d’être plus compétitif mais il nous faut retrouver la force morale et la volonté pour produire davantage en France et retrouver cette indépendance. » Emmanuel Macron

🔹Un consortium français pour produire des respirateurs

De nombreuses commandes ont déjà été passées auprès de plusieurs producteurs européens, mais aussi d’Air Liquide, qui fournit des respirateurs depuis son usine d’Antony (Hauts-de-Seine).

➡️ Un consortium industriel français est créé autour d’Air Liquide, avec les groupes Schneider Electric, Valeo et PSA.

➡️ D’ici mi-mai, ce consortium permettra de produire 10.000 respirateurs français (lourds et légers) : 250 appareils lourds seront déjà livrés dans les tout prochains jours.

🔹Fabriquer d’autres produits nécessaires

✅ Gel hydro-alcoolique

  • Depuis le début de la crise sanitaire, la production nationale a décuplé, passant de 40.000 litres/jour à 500.000 litres/jour.
  • Cette production a été réalisée par l’ensemble des fabricants mais aussi par les pharmaciens et établissements de santé autorisés à produire et qui se sont mobilisés de façon exceptionnelle.

✅ Médicaments et matériels

➡️ Il s’agit de produits soumis à une très forte tension sur le marché mondial, comme, par exemple, des seringues, curares, principes actifs, matériaux médicaux de tests.

➡️ Des commandes massives sont passées depuis plusieurs semaines sur ces médicaments.

➡️ Nous montons en volume sur tout ce qui peut être produit en France et en Europe.

🚨 Afin de financer ces commandes de médicaments, masques et respirateurs, le Gouvernement apporte une dotation spécifique de 4 milliards d’euros à Santé publique France.

Pour mener ce combat contre le virus, nous avons une stratégie de commandes d’importations mais « notre priorité aujourd’hui est de produire davantage en France et en Europe. » Emmanuel Macron

« Souveraineté et solidarité car cela ne serait pas possible sans l’engagement de femmes et d’hommes qui ne comptent pas leurs heures et qui, avec courage, sont là pour faire avancer le pays. C’est cette France unie, à laquelle je crois. » Emmanuel Macron

CORONAVIRUS – Masques en tissus – recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé

Dans le cadre de l’épidémie de Covid 19, face à la demande croissante de masques, les autorités travaillent avec les industriels du textile pour développer des masques alternatifs et innovants, qui pourraient se substituer, pour des activités déterminées, aux masques chirurgicaux et équipement de protection individuel.

✅Plusieurs catégories sont à l’étude. Il s’agit notamment :

📍De masques non destinés au personnel de santé dits « masques non sanitaires ».
➡️Ils sont indiqués dans des activités non liées aux soins et dans le respect des gestes barrières.
Le textile utilisé est le coton. Ils doivent répondre à des caractéristiques de sécurité.
À ce stade, les autorités, en lien avec la filière textile, ont sélectionné des prototypes et étudient leur performance en filtration ainsi que le maintien de leur performance après plusieurs utilisations.

Les bandes de coton « do it your self », qui ne sont pas évaluées, ne sont pas la solution privilégiée en l’absence d’évaluation, en milieu hospitalier et en soins ambulatoires.
Un groupe d’experts mis en place par l’ANSM et le ministère chargé de la santé permettra de définir dans les plus brefs délais les caractéristiques des produits qui pourraient répondre aux conditions de qualité requises.

📍De masques intégrant différents matériaux et présentant d’ores-et-déjà une performance élevée en filtration.
➡️Différents tests sont en cours par la direction générale de l’armement.
Si ces tests se révèlent concluants, des recommandations d’utilisation en milieu sanitaire seront le cas échéant communiquées.

Stratégie et gestion et distribution des masques – 16 mars 2020

« Conditions actuelles. Modifications possibles les prochains jours en fonction de l’évolution de la situation »

Des informations sur la stratégie et gestion et distribution des masques.

😷 En complément de ce communiqué, le Ministère nous indique que des opérations d’approvisionnement sont en cours notamment au bénéfice des établissements sur les zones de circulation active et là où les stocks de masques sont plus faibles.

Communiqué Gestion gants et masquesCommuniqué Gestion gants et masques.jpg 1Communiqué Gestion gants et masques.jpg 2