1 700 emplois pourraient être créés sur la plateforme chimique – 17 septembre 2019

Hélène ZANNIER, députée de la 7e circonscription LREM, milite pour que le projet d’usine de batteries électriques s’implante sur le territoire de Saint-Avold, ce qui permettrait la création de 1 700 emplois.

Article RL du 17.09.2019 1700 emplois pourraient être créés sur la plateforme chimique

Communiqué de presse

Capture

Afin d’appuyer cette candidature, une liste de soutien a été créée en ligne : http://chng.it/fXPpKFmz 
Nous vous invitons à la signer et à la diffuser largement.

Contexte

La Loi Énergie va imposer la fermeture en 2022 des quatre dernières centrales thermiques à charbon encore en activité en France. Pour accompagner la fermeture des sites concernés et permettre leur revitalisation économique, le gouvernement a souhaité mettre en place des « Projets de territoires »

En Moselle, les communes de Carling et Saint-Avold sont concernées par l’arrêt de la dernière tranche à charbon restant sur le site d’Emile Huchet.

Ainsi, à la demande de la députée de la Moselle Hélène ZANNIER, ce n’est pas moins de quatre intercommunalités qui bénéficient d’un dispositif « Projet de territoire » : la
communauté d’agglomération de Saint-Avold Synergie, le District Urbain de Faulquemont, la communauté de communes du Warndt et la communauté de communes de Freyming-Merlebach. Ces intercommunalités constituent le projet de territoire « Warndt Naborien ».

Plusieurs thématiques sont abordées dans le Projet de territoire « Warndt Naborien »
dont l’économie. Pour cette thématique, le territoire du Warndt Nabrien dispose de
nombreux atouts lui permettant de relever avec réussite les défis et de revendiquer
la perspective d’implantation des futures industries.

Le projet de territoire

Une trentaine de projets sont déjà à l’étude, tant dans le domaine économique que dans
celui de la formation et du bien-être des habitants.
Parmi ces derniers, celui de l’installation d’une filière industrielle de production de
batteries pour véhicules électriques, avec la création de 1 700 emplois, pourrait
apporter un nouveau souffle dans ce bassin de vie ayant subi de plein fouet l’arrêt de
l’exploitation du charbon en 2004.

Un accord européen
Dans la continuité du traité d’Aix la Chapelle, la France, l’Allemagne et la commission
européenne ont annoncé le 2 mai dernier la création d’une filière industrielle de
fabrication de batteries électriques européennes, qui pour l’instant, sont à plus de
80% d’origine chinoise.

En prenant connaissance de cela, la députée Hélène ZANNIER a mobilisé durant l’été
les services de l’Etat et un dossier de candidature a été déposé auprès du ministère.
Elle a également pris l’attache d’un très grand groupe, présent sur Saint-Avold, et qui
bénéficie encore de terrains viabilisés sur les communes environnantes. Ce dernier a
déjà une expérience dans la fabrication de batteries électriques via son usine basée près
de Bordeaux.

Des atouts indéniables
De très nombreux sites ont d’ores et déjà déposés leur candidature, mais les atouts
du territoire Warndt Naborien sont nombreux.

Positionnement géographique stratégique
Foncier disponible sur la plate forme chimique de Carling.
> Relations transfrontalières à proximité de l’Allemagne,
du Luxembourg et de la Belgique.
> Un carrefour aux infrastructures logistiques performantes qui
permettent une bonne circulation des biens et matériaux.

Synergies industrielles
> Le Grand-Est est la première région de France en matière
d’assemblage automobile.
> Existence de plusieurs sites automobiles importants dont Renault
Sovab à Batilly, PSA Peugeot Citroen à Metz et à Tremery, et MercedesSmart à Hambach.
> Des sites allemands sont à proximité (Usine Ford à Sarrelouis).

Pôles de compétitivité
> Présence de deux pôles de compétitivité appelés à appuyer cette démarche « Véhicules du futur » et des matériaux « Matéralia ».

Formations
> Articulations avec le secteur de la recherche universitaire. > Présence d’un tissu performant de formations techniques.

Calendrier prévisionnel

2020 > Création d’une usine pilote : 200 emplois.

2023 > Usine de production : 1 500 emplois.

Ce projet structurant, qui bénéficie du soutien des présidents d’intercommunalité, des
syndicats et des députés mosellans sera défendu auprès des plus hautes instances
dans les jours prochains.

Il apporterait sans conteste un espoir de renouveau dans ce bassin de vie durement
touché ces derniers mois par de multiples pertes d’emplois : Centrale thermique Emile
HUCHET, boulangerie industrielle Neuhauser et encore l’usine Ford en Allemagne.

Emile-Huchet : Les Tchèques prêts à investir… mais dans quoi? 8 septembre 2019

La nouvelle équipe dirigeante d’Emile-Huchet – désormais Gazel Energie – a rencontré les représentants du personnel pour annoncer que des investissements sont bien prévus. Mais pour quel projet, quelle reconversion concrètement ? Le mystère demeure.

Article RL du 08.09.2019 Emile Huchet - Les Tchèques prêts à investir.. mais dans quoi

Fin du charbon en 2022 : La priorité, « aucun salarié sur le carreau » – 22 juillet 2019

Hélène Zannier, Députée de la 7e circonscription, et les syndicalistes de la centrale Emile-Huchet sont parvenus à graver dans le marbre du projet de loi relatif à l’énergie et au climat, des ordonnances pour préserver les emplois.

RL du 22.07.2019 Fin du charbon en 2022 - La priorité ,aucun salarié sur le carreau-

Rencontre autours de l’Europe entre députés frontaliers – 6 mai 2019

Avenir de l’Europe, Brexit, protection des peuples, crises sociales, envie d’aller voter… Autant de questions qui ont agité un débat organisé entre députés mosellans, sarrois à la salle socioculturelles du siège 1 de Creutzwald.

Article RL du 06.05.2019 Rencontre autour de l’Europe entre députés frontaliers

17 députés affichent leur soutien aux pharmaciens des ruralités – 9 avril 2019

Retrouver l’original de cet article sur le site info-dijon.com ici

À la suite de la publication du rapport de l’Autorité de la concurrence, Yolaine de Courson (Côte-d’Or), Perrine Goulet, Patrice Perrot (Nièvre) co-signent avec quatorze autres députés un texte affirmant que «la vente de médicaments ne doit pas être considérée comme un marché de simples objets de consommation ».

Communiqué de 17 députés signataires (liste en bas de page) :

Le 4 avril, l’Autorité de la concurrence a publié un rapport mentionnant le secteur de la distribution de médicaments, en recommandant la vente dans les grandes et moyennes surfaces ainsi que le recours aux lieux de stockage pour de la vente en ligne.

Nous, députés représentants de communes rurales, souhaitons exprimer notre opposition face à ces recommandations, et affirmer notre soutien aux pharmaciens ruraux. Le médicament n’est pas un bien comme les autres et le rôle du professionnel de santé dans l’accompagnement du patient est primordial.

Dans de nombreux territoires ruraux, désertés par les médecins, les pharmaciens sont des piliers essentiels dans l’offre de services auprès des populations et seront amenés à jouer un rôle de plus en plus important dans l’offre globale de santé. Notre volonté est de conforter leur place et non de la fragiliser, et leur permettre de recevoir un soutien de la part de l’Etat dans son rôle d’aménageur des territoires.

Nous affirmons donc que la vente de médicaments ne doit pas être considérée comme un marché de simples objets de consommation et que le maillage territorial est particulièrement crucial dans les territoires de santé ruraux comme urbains.

Ce point de vue s’inscrit pleinement dans la réforme de la loi Santé 2022 et nous appelons le Gouvernement à le confirmer davantage encore.

Anne-Laure CATTELOT, 12ème circonscription du Nord,
Yolaine DE COURSON, 4ème circonscription de la Côte d’Or
Grégory BESSON-MOREAU, 1ère circonscription de l’Aube,
Danielle BRULEBOIS, 1ère circonscription du Jura
Jennifer DE TEMMERMAN, 15ème circonscription du Nord
Jacqueline DUBOIS, 4ème circonscription de Dordogne
Perrine GOULET, 1ère circonscription de la Nièvre
Fabien GOUTTEFARDE, 2ème circonscription de l’Eure
Véronique HAMMERER, 11ème circonscription de la Gironde
Monique LIMON, 7ème circonscription de l’Isère
Monica MICHEL, 16ème circonscription des Bouches-du-Rhône
Patrice PERROT, 2ème circonscription de la Nièvre

Nathalie SARLES, 5ème circonscription de la Loire
Agnès THILL, 2ème circonscription de l’Oise
Huguette TIEGNA, 2ème circonscription du Lot
Nicole TRISSE, 5ème circonscription de la Moselle
Hélène ZANNIER, 7ème circonscription de la Moselle