CORONAVIRUS – MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE LA JEUNESSE – Communiqué de presse Adaptation des modalités de passage des examens nationaux.

CORONAVIRUS – Communiqué des Député(e)s de Moselle

Nous, Députés mosellans de la majorité, tenons à exprimer notre pleine solidarité et notre reconnaissance aux soignants, ainsi qu’à tous les professionnels répondant aux besoins du pays dans cette période de crise sanitaire et de confinement.
Nous nous tenons à votre disposition ! Merci à vous.

CORONAVIRUS – COMMUNIQUE DE PRESSE – LE MINISTÈRE DU TRAVAIL MOBILISE LES CRÉDITS DU PIC POUR VENIR EN AIDE AUX HÔPITAUX DE LA RÉGION GRAND EST

La crise sans précédent du COVID-19 nécessite la mobilisation et la solidarité de tous. Pour accompagner efficacement les établissements de santé de la région Grand Est, la ministre du Travail, Muriel PENICAUD a décidé de mobiliser une enveloppe de 11 millions pour venir en aide aux élèves-infirmiers et élèves aides-soignants appelés en renfort auprès du personnel soignant. Pour faire face à l’urgence sanitaire et répondre au besoin de personnels soignants dans les hôpitaux de la région Grand Est, 6 600 élèves-infirmiers et 1 600 élèves aides-soignants en formation sont d’ores-et-déjà mobilisés.

Les indemnités de stage versées aux élèves infirmiers sont comprises entre 112 € par mois et 200 € par mois. Les élèves aides-soignants ne perçoivent aucune indemnité. Cette enveloppe budgétaire va permettre de revaloriser très fortement les indemnités : 1400 € par mois pour les élèves-infirmiers et 1 000 € par mois pour les élèves aides-soignants.

L’Agence Régional de Santé (ARS) a organisé avec le Conseil Régional Grand Est et les directeurs d’instituts de formation en santé la répartition des élèves dans les structures de soins.

Après la région Ile-de-France, la région Grand Est est la deuxième région à bénéficier de cet engagement financier du Ministère du Travail, par le biais du Plan d’investissement dans les compétences. Pour Muriel Pénicaud, ministre du Travail : «Pour faire face à cette urgence sanitaire, nous devons être pleinement mobilisés.

En région Grand Est, profondément touchée par la crise du COVID-19, les élèves-infirmiers et élèves aides-soignants accompagnent au quotidien le personnel soignant. Pour les aider, j’ai décidé de mobiliser 11 millions d’euros des crédits du PIC pour permettre à cette région d’accompagner financièrement les apprenants appelés en renfort dans les établissements de santé ».

Communiqué – Ministere de l Interieur – Coronavirus et le monde du travail – 17 mars 2020

« Conditions actuelles. Modifications possibles les prochains jours en fonction de l’évolution de la situation »

Le ministère du Travail précise les modalités d’organisation du travail qui doivent être adaptées à la suite des décisions du Premier ministre du samedi 14 mars et du Président de la République ce soir.
 
1.      Le télétravail est la règle impérative pour tous les postes qui le permettent
Le moyen le plus efficace pour lutter contre la diffusion du coronavirus est de limiter les contacts physiques. Chacun, employeur comme salarié, peut contribuer à lutter contre cette diffusion, en ayant recours, chaque fois que possible, au télétravail.
Près de 8 millions d’emplois (plus de 4 emplois sur 10) sont aujourd’hui compatibles avec le télétravail dans le secteur privé.
Il est impératif que tous les salariés qui peuvent télétravailler recourent au télétravail jusqu’à nouvel ordre.
 
2.      Les règles de distanciation pour les emplois non éligibles au télétravail doivent impérativement être respectées
Les gestes barrière et les règles de distanciation au travail sont impératifs.
Les entreprises sont invitées à repenser leurs organisations pour :
–          Limiter au strict nécessaire les réunions :
o    la plupart peuvent être organisées à distance ;
o    les autres doivent être organisées dans le respect des règles de distanciation ;
 
–          Limiter les regroupements de salariés dans des espaces réduits.
–          Les déplacements non indispensables doivent être annulés ou reportés.
–          L’organisation du travail doit être au maximum adaptée, par exemple la rotation d’équipes.
 
3.      Les restaurants d’entreprise peuvent rester ouverts, mais doivent être aménagés pour laisser un mètre de distance entre les places à table
Les restaurants d’entreprise peuvent rester ouverts. Ils doivent être aménagés pour laisser un mètre de distance entre les personnes à table. L’étalement des horaires de repas est recommandé.
 
4.      Toutes les entreprises qui subissent une baisse partielle ou totale d’activité sont éligibles au chômage partiel
Toutes les entreprises dont l’activité est réduite du fait du coronavirus et notamment celles (restaurants, cafés, magasins, etc.) qui font l’objet d’une obligation de fermeture en application de l’arrêté du 15 mars 2020 sont éligibles au dispositif d’activité partielle.
Ce dispositif est activable de manière dématérialisée sur http://www.activitepartielle.emploi.gouv.fr/
Les entreprises disposent d’un délai de trente jours pour déposer leur demande, avec effet rétroactif.
 
5.      Les solutions pour les parents d’enfants de moins de 16 ans
Les principes de solidarités et de responsabilité doivent plus que jamais s’appliquer. Des solutions d’entraide pour la garde des enfants (hors publics fragiles et personnes de plus de 70 ans) sont à inventer et à organiser localement. La priorité doit être accordée quoiqu’il arrive aux personnels soignants.
Quoiqu’il en soit :
–          le télétravail, lorsqu’il est possible, est la solution la plus adaptée ;
–          si le télétravail n’est pas possible et que vous n’avez pas de solutions de garde pour vos enfants de moins de 16 ans, vous pouvez demander un arrêt de travail indemnisé, sans délai de carence, et valable le temps que durera la fermeture de la structure d’accueil de votre enfant. Il s’agit d’un arrêt maladie qui ne nécessite pas d’aller chez le médecin pour obtenir un certificat. Ce congé est fractionnable. L’employeur ne peut refuser cet arrêt ; il doit le déclarer et envoyer l’attestation à l’assurance maladie. Toutes les informations sur le site : https://declare.ameli.fr/
 
D’une façon générale, il est rappelé qu’à partir du mardi 17 mars, les citoyens ne peuvent se déplacer que pour trois motifs :
–          faire ses courses alimentaires
–          se soigner
–          se rendre sur son lieu de travail.
 
Les attestations des employeurs mentionnées par le ministre de l’Intérieur ne seront pas exigées demain mardi 17 mars.

COMMUNIQUE DE PRESSE – Suppression des dispositions relatives aux Chambres d’Agriculture dans le projet de loi de finances 2020 -21 octobre 2019

 

Communiqué de Presse Chambre d'Agriculture 21.10.2019