CORONAVIRUS – Amenagements cyclables provisoires

Afin de permettre le dé-confinement, le Gouvernement encourage, avec un apport financier de 20 millions d’€, les municipalités à réaménager en urgence l’espace public pour respecter les règles de distanciation sociales.

Ces recommandations révèlent le peu de place disponible pour les piétons et les cyclistes dans nos villes.

Ces deux modes actifs (la marche et le vélo) représentent une part très importante des déplacements, part qui va augmenter avec des transports en commun qui doivent réduire de de 50 à 60% leur fréquentation, voire plus si nécessaire pour respecter les gestes barrières, et tous les usagers des transports en commun ne peuvent se reporter sur leur voiture au risque d’augmenter démesurément la congestion automobile, ce qui saturerait encore plus l’espace public.

Les trottoirs, trop souvent réduits à la portion congrue, sont déjà utilisés pour circuler, sont occupés par des terrasses, des poubelles, du mobilier urbain…

Ils sont aujourd’hui le lieu des files d’attente des clients qui attendent à l’extérieur des magasins dont l’entrée est conditionnée à l’espace du magasin et à sa capacité d’accueil dans le respect de la distanciation sociale.

Une problématique aigüe pour les personnes handicapées et pour les personnes âgées

Le partage apaisé de ce bien commun qu’est l’espace public a toujours été à rechercher. Pour les personnes handicapées et les personnes âgées, il y a aujourd’hui urgence à rééquilibrer le partage de l’espace public en donnant plus de place aux piétons parce qu’elles sont particulièrement dépendantes de ce mode de transport.

Solution préconisée : des aménagements temporaires en urgence

L’urbanisme tactique (ou acupuncture urbaine) qui repose sur des aménagements temporaires est une solution alternative dont de nombreuses municipalités (Paris, Rennes, Grenoble, Montpellier, etc.) s’emparent pour permettre à leurs habitants de s’approprier, de se réapproprier l’espace urbain. Ces villes utilisent une large palette de solutions rapides : suppression de places de stationnement pour élargir les trottoirs, transformation de files de circulation voitures en pistes cyclables…

Plus les usagers des transports en commun pourront se reporter sur la marche ou le vélo, et plus il y aura de place sur les trottoirs pour les personnes qui dépendent des transports en commun.

Et plus l’espace public permettra de respecter les gestes barrières, plus les personnes handicapées et les personnes âgées pourront de nouveau sortir et revivre, à l’image de tout un chacun et dans les mêmes conditions que chacun, à l’extérieur de chez elles.

Auteur : Hélène ZANNIER

Députée de Moselle 7ème circonscription

Laisser un commentaire