CORONAVIRUS – Conférence de presse d’Edouard Philippe et Olivier Véran, samedi 28 mars, 17h50

🔹️️️️️️Déclaration du Premier ministre
Crise sanitaire sans précédent depuis un siècle.
Près de la moitié de l’humanité est confinée.
Le combat ne fait que commencer.
🗣 »Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les 15 derniers jours. »

🔹️️️️️️Pr Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine
Le virus est dangereux :

  • Très contagieux : une personne infectée peut en contaminer entre 2 et 3 autres. (Environ 15% des personnes asymptomatiques entrainent des complications).
  • Le virus frappe les personnes agées et les plus fragiles.
  • Mais n’épargne pas les plus jeunes.
    Les passages en réanimation ne sont pas proposés aux personnes très âgées : lorsque l’on est agé, il y a un risque très important de ne pas sortir de réanimation.
    Il y a donc beaucoup de choses que l’on ne sait pas.
    🗣 »Le virus est-il présent dans l’environnement ? Est-ce qu’il persiste longtemps dans l’air, dans les surfaces inertes ? On ne sait pas. On sait que l’on peut trouver du virus, mais on ne sait pas si ce virus est infectant. »

🔹️️️️️️Professeur Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé
Dispositif national de surveillance de l’épidémie, basé sur 3 sources :
1️⃣Le nombre de cas de tests positifs
2️⃣ Le suivi hospitalier quotidien des formes sévères de la maladie (plus de 600 hopitaux signalent tous les jours les nouvelles admissions)
3️⃣ Le recours aux soins en ville (surveillance syndromique de la population)

📍Sur la surveillance de la mortalité

  • Mortalité recensée dans les hôpitaux
  • Au cours du week-end : surveillance de la mortalité dans les EHPAD (chiffres disponibles semaine prochaine)
  • La surmortalité enregistrée par l’INSEE

👉Tableau de bord disponible sur le site du Gouvernement. Toutes les données de Santé Publique France sont disponibles.

🔹️️️️️️Premier ministre, sur la stratégie
81 à 85% des cas sont bénins. 15% peuvent êtres des cas sévères.
France : 5.000 lits en réanimation avant l’épidémie.
2 idées :
1/ Augmenter notre capacité d’accueil dans les services de réanimation
2/ Aplanir la courbe : faire en sorte qu’il y ait moins de cas sévères

🗣 »Cette stratégie est parfaitement justifiée au niveau national, mais doit être mise en oeuvre au niveau régional. »

🔹️️️️️️Pr Arnaud Fontanet, Directeur du Département Santé Global à l’institut Pasteur
👉Pour limiter le nombre de patients en réanimation, la stratégie de confinement a été mise en place.
Application des mesures barrières : se laver les mains, utiliser un mouchoir à usage unique…) et mesures de distanciation sociale (télétravail, fermeture des écoles…)
👉Cette association (mesures barriètes/distanciation sociale) va diminuer nos contacts.
En moyenne, en absence de mesure de contrôle, chaque malade va infecter 3 personnes. Obj : limiter les contacts.
Pour pouvoir estimer l’impact des mesures de confinement, il va falloir attendre un peu. Les premiers impacts seront connus en fin de semaine prochaine.

🔹️️️️️️Premier ministre
🗣 »Au moment où nous avons pris les mesures de confinement, il y avait moins de 8.000 cas sur le territoire national et moins de 200 morts de la maladie.
Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur les mesures de confinement ».

👉Le confinement sera prolongé au moins jusqu’au 15 avril. Nous ferons un nouveau bilan la semaine prochaine.

Auteur : Hélène ZANNIER

Députée de Moselle 7ème circonscription

Laisser un commentaire